samedi 17 décembre 2016

TRANSFERT DU POLE RESSOURCES EMPLOI AU CCAS


Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

Lors de la commission « VILLE Solidaire » du 29/11/2016, nous avons appris par Mme COPONAT que la gestion  du PRE serait transférée au CCAS.
Cette décision est critiquable et ce pour 4 raisons principales :

1- : Vous écrivez dans votre présentation : « les publics accueillis par les 2 entités ont des problématiques sociales similaires, ce qui nécessite un travail en commun sur de nombreuses situations avec l’assistante sociale ».
Mais cette situation ne concerne qu’une partie des personnes à la recherche d’un emploi : certains jeunes pour le FAJ, certains jeunes ou adultes pour le RSA.
Quid des autres ? Combien sont-ils ? Mme COPONAT lors de la dernière commission, s’est engagée à nous donner les chiffres. Malheureusement, elle vient de partir de la séance du conseil, c’est dommage pour le débat.
Comme vous le savez, j’espère, le  PRE n’intervient pas que sur les publics avec des freins sociaux, le travail sur les projets et la recherche d’emploi ont été oubliés. Le PRE offre un ensemble de services, à un public  autonome et actif, pour trouver du travail. Ces personnes, ont besoin d’outils et de conseils avisés.
 Ces personnes ont des attentes telles que, l’accès aux offres d’emploi, le suivi et l’accompagnement par des techniciens qui connaissent les rouages des formations et des mesures pour l’emploi qui, sont très techniques et complexes.
Seuls les acteurs de l’emploi, ayant cette expertise, sont en capacité de les mobiliser pour apporter des réponses adaptées aux problématiques rencontrées.
Etre dans la posture d’un bâtisseur de parcours professionnel ne se décrète pas. Cela nécessite un savoir-faire et, une expérience certaine et affirmée.
Réduire la problématique de la recherche d’emploi à une problématique sociale, c’est  méconnaitre le travail des acteurs de l’emploi et banaliser la question du chômage qui est un fléau national.
Certes l’intervention d’une assistante sociale peut aider à résoudre certaines difficultés rencontrées par les demandeurs d’emploi mais ce n’est pas la seule problématique.

2- : Maintenir un lieu, une structure autonome Indispensable :
Cette structure identifiée permet de s’occuper des personnes privées d’emploi et leur transmettre que leur commune est soucieuse de leur situation et met tout en œuvre pour les accompagner et favoriser « l’intermédiation active » pour accélérer leur retour à l’emploi, c’est un acte fort de solidarité. Elles ne doivent pas se sentir mal à l’aise , il ne faut pas les stigmatiser comme des « assistés ».
 Le travail c’est la dignité, c’est la sécurité, c’est éviter à ces Chasselands, la marginalisation et l’exclusion. Le PRE est le rempart contre l’isolement et le sentiment d’abandon.
C’est un lieu d’échange intergénérationnel. Il y a l’effet de groupe qui souvent s’avère positif.
La gestion et le fonctionnement du PRE sont assurés majoritairement par du personnel du CCAS, avec le risque d’un rapprochement géographique ultérieur, comme cela semble se dessiner, qui peut entraîner un sentiment  d’assistanat, voire de rejet, démotivant pour  les utilisateurs.
Les agents du CCAS doivent intervenir sur le volet emploi, sont-ils formés ? Sont-ils outillés ? sont-ils accompagnés pour mener à bien leur mission ? si oui, comment et par qui ? Il ne s’agit pas de déplacer les agents d’un service à l’autre sans veiller aux risques psycho-sociaux.
Toutes les communes environnantes disposeront d’un espace emploi de proximité identifié sauf Chassieu. La Solidarité est Bafouée.

3-  Le PRE est mal mené avant de disparaitre.
Rattaché au CCAS il sera confondu dans les services du CCAS, très «éloigné » du service de Développement Economique.
D’ailleurs, Il est  surprenant, d’apprendre par Mme COPONAT, à la dernière commission solidarité, que le service Développement Economique soit à la délégation environnement.
Les chômeurs et les entreprises sont séparés alors que tout doit être fait pour qu’ils se reconcentrent.
C’est curieux, illogique et grave.
Curieux : où est la logique dans cette organisation ? Quand et comment vont se rencontrer les entreprises et nos chômeurs ? Qui est l’interlocuteur de la Mairie face aux partenaires et aux institutionnels. Qui connait et est capable de faire un diagnostic ou une photographie de  la dynamique économique sur notre territoire, qui communique de façon réactive sur les gros chantiers de recrutements, qui se bat pour favoriser la mobilité géographique, pour avoir le Tram à Chassieu, qui va valoriser notre ZONE INDUSTRIELLE pour qu’elle profite aux Chasselands et rayonner notre ville, qui va se battre pour les Chasselands  dans la difficulté et la détresse ? Aucun de ces enjeux stratégiques n’a été considéré lors de VOTRE Décision du transfert du PRE dans le CCAS.
 Grave : car, vous avez complètement oublié que derrière tout ça, il  y a des hommes et des femmes, jeunes et séniors, qui souffrent car ils ont des responsabilités familiales et autres et qui Galèrent. Nombreux sont ceux qui ont quitté la commune car elle les a abandonné.
On tape toujours sur les même, les plus vulnérables et fragiles !
Où est la Volonté Politique pour défendre les personnes fragiles et en difficulté, pour favoriser LA SOLIDARITE A CHASSIEU et POUR TOUS.  

4- Le processus  de démantèlement du PRE est engagé.
Vous avez au cours de ces trois années diminué le temps d’intervention de la salariée du PLIE, argumentant que le personnel en place au PRE aurait les compétences suffisantes….lorsqu’il serait formé. Quand ?? Premier déficit d’accompagnement.
Puis des absences à l’accueil pendant plusieurs mois cette année, ont réduit  le temps d’ouverture du PRE.
Comment dans ces conditions affirmer que l’offre en faveur des demandeurs d’emploi  est maintenue alors qu’ils trouvent porte close ?
Vous avez diminué de façon notable le montant des subventions attribuées aux associations qui interviennent au PLIE, diminuant ainsi leur participation,
Vous avez également remplacé le personnel Ville par du personnel CCAS, ce qui a un effet sur le budget du personnel et vous permet aujourd’hui de dire que la majorité du personnel du PRE est du personnel CCAS. Le temps effectué par ce personnel au PRE se fait au détriment d’autres activités sociales.  Ou alors c’est le Pôle ressources emploi qui sera sacrifié.
Comme nous l’avons dit précédemment, le montant de la subvention du CCAS n’indique en rien que son budget va pouvoir assurer la prise en charge du montant des  subventions versées dans le cadre du PLIE et du PRE.
Hélas, les décisions concernant l’emploi ne seront plus présentées au conseil municipal, ce qui aux yeux des Chasselands, en recherche d’emploi va constituer un signe de désintérêt de la Ville à leur égard.
Pour nous, ce transfert n’est qu’une manière de faire disparaître le PRE du budget de la Ville.
Nous constatons que l’accompagnement des demandeurs d’emplois n’est pas dans les priorités de votre équipe. Et malheureusement, nous ne devons trouver sens, que dans une démarche financière. C’est très regrettable.
Nous voterons donc contre cette délibération.

Camelia Ressier













BULLETIN D’ADHÉSION :
CHASSIEU NATURELLEMENT, 16 boulevard Claude Debussy à Chassieu  - Adhésion : 10 euros
Nom : ………………………………….             Prénom : ……………………………..
Adresse : …………………………………………………………………………………


Courriel : ……………………………………………….  Tél. ………………………….. 
Chassieunaturellement@gmail.com, 16 boulevard Claude Debussy, 69680 Chassieu

Aucun commentaire :

Publier un commentaire